publié le: 15 novembre 2017

Augmentation de 18 % des parts de marché du cinéma québécois au box-office estival

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

Augmentation de 18 % des parts de marché du cinéma québécois au box-office estival

Les Québécois sont au rendez-vous pour leur cinéma!

Montréal, mercredi 20 septembre 2017 – À la suite de la diffusion ce matin par CINEAC des dernières données sur les recettes de tous les films présentés sur les écrans du Québec à l’été 2017 (période comprise entre le 28 avril et le 7 septembre), la Corporation des salles de cinéma du Québec (CSCQ) est fière de souligner le grand succès du cinéma québécois, atteignant cet été un box-office cumulatif de près de 12,5 millions de dollars, soit des parts de marché de 17,9 %, comparativement à 4.8 % l’été dernier!

« Dans certaines villes du Québec, environ la moitié de la population a vu un film québécois au cinéma dans les derniers mois! Les Québécois aiment leur cinématographie nationale et ils l’ont démontré cette année », se réjouit Éric Bouchard, président de la CSCQ et propriétaire du cinéma Saint-Eustache. « Toute l’industrie est heureuse de constater que les Québécois se sont déplacés en grand nombre pour aller voir De Père en Flic 2 ou encore Bon Cop Bad Cop 2. Cette performance a eu un impact très positif sur la fréquentation des salles de cinéma. »

La CSCQ est d’avis qu’il faut encourager et investir dans la production et la réalisation d’œuvres cinématographiques originales au Québec, car le succès de nos films a des répercussions concrètes et bénéfiques sur l’économie culturelle québécoise. En effet, il a été démontré qu’une cinématographie locale bien portante a un impact positif sur la fréquentation des salles de cinéma. De plus, au-delà des retombées économiques, le succès de nos films entraine un engouement, une curiosité et un enthousiasme du public pour la culture québécoise.

« Au Québec, nous créons des films d’une grande qualité avec des budgets limités, mais cela n’empêche pas nos films d’atteindre une grande portée », explique M. Bouchard. « Les artistes et les artisans d’ici sont de plus en plus sollicités pour participer à des œuvres de grande envergure à l’international et c’est notamment en raison de leur créativité et de leur esprit innovateur. Cette expertise ne pourra se développer que si les productions québécoises comptent sur l’appui, la visibilité et l’appréciation du public qu’elles méritent. »

D’ici la fin de l’année, nous serons choyés avec une programmation de films québécois qui s’annonce vaste et diversifiée, avec les sorties de Et au pire on se mariera de Léa Pool, Les rois mongols de Luc Picard, Innocent de Marc-André Lavoie, Les Affamés de Robin Aubert, Pieds nus dans l’aube de Francis Leclerc, Junior Majeur d’Éric Tessier et Trip à trois de Nicolas Monette.

À propos de la Corporation des salles de cinéma du Québec

La Corporation des salles de cinéma du Québec (CSCQ) regroupe huit entreprises qui réunissent 379 écrans, soit environ la moitié de l’ensemble (731 écrans) des écrans du Québec, qui génèrent environ 75 % des revenus d’exploitation du cinéma en salle au Québec. La Corporation poursuit l’objectif de contribuer au débat sur l’avenir de l’industrie du cinéma au Québec tout en défendant les intérêts de ses membres, et ce, depuis ses débuts en 2015.

-30-

 

Source : Corporation des salles de cinéma du Québec

Informations générales et demandes d’entrevue :

Sabrina Fournier

Morin Relations Publiques

514-289-8688, poste 250

514-625-5131 (cell)

sabrina@morinrp.com